La ménopause et l’apnée du sommeil : un risque élevé réel

Dernière mise à jour : 3 juin




La ménopause se décrit comme une absence de règles chez les femmes pendant une période de 12 mois s’accompagnant de plusieurs changements hormonaux. Elle marquera la fin de la fertilité chez la femme avec une absence de production des hormones œstrogène et progestérone. Les femmes auront à ce moment plusieurs symptômes tel que : bouffées de chaleur, insomnie, sueurs nocturnes, somnolence diurne, difficulté de concentration ou perte de mémoire, irritabilité ou saute d’humeur, diminution de la libido, douleurs articulaires et/ou musculaires, gain de poids, etc.

Bon nombre de ces symptômes peuvent également survenir avec des troubles du sommeil, dont l’apnée du sommeil. En raison de ce chevauchement, il est important de savoir bien reconnaître les symptômes potentiels supplémentaires de l’apnée du sommeil tel que : le ronflement, le sommeil non-récupérateur, la fragmentation du sommeil, des épisodes d’halètements et d’étouffements nocturne, de la somnolence diurne et des maux de tête au réveil.

Mais quel est le lien entre l’apnée du sommeil et la ménopause ?

Les niveaux plus élevés d’œstrogène et de progestérone protègent les femmes avant le début de la ménopause. Ces hormones maintiennent le tonus musculaire des voies respiratoires entre autres et les empêchent de s’effondrer expliquant ainsi l’incidence de l’apnée du sommeil qui augmente avec la ménopause.

N’hésitez pas à contacter votre médecin traitant si vous pensez souffrir d’apnée du sommeil afin de vous faire adéquatement dépister.

Par : Gabryelle R, Inhalothérapeute

158 vues0 commentaire